Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/ainnatur/public_html/ecrire/public/composer.php(49) : eval()'d code on line 1087
Les bords du Doubs, mai 2008 - [Société des Naturalistes et Archéologues de l'Ain]
Société des Naturalistes et Archéologues de l’Ain

Les bords du Doubs, mai 2008

Publié le jeudi 15 mai 2008 par Pierre RONCIN
JPEG - 75.6 ko

Un temps estival nous a accompagnés tout au long de cette journée passée près du Doubs dans la région de Petit Noir (Jura) . Nous découvrions ce site avec de grandes roselières, un bras mort du Doubs, des prairies humides avec, parfois, des bosquets d’aubépines en pleine floraison et enfin les rives graveleuses du Doubs, splendide cours d’eau avec des berges sableuses favorables à la nidification des Guêpiers et des Hirondelles de rivage.

JPEG - 54.5 ko
JPEG - 54.3 ko

Une bonne partie de la promenade se déroula sur une digue qui offrait l’avantage de dominer le paysage et de faire que l’usage des bottes, recommandé au départ, permit aux doigts de pieds de cuire toute la journée dans « une douce chaleur »…

Aux abords des dernières maisons du village nous notâmes la présence de la Tourterelle turque, du Rouge queue noir, du Moineau domestique et de l’Hirondelle rustique.

Les chants du Coucou, de la Rousserole effarvatte et du Torcol se firent omniprésents dès l’approche du bras mort du Doubs sur lequel voguaient quelques Foulques, Grèbes huppés et Colverts, sans doute un peu dérangés par des pêcheurs en bateau car c’était l’ouverture de la pêche du Brochet….

JPEG - 246.8 ko

Un peu plus loin, dans les buissons s’égosillaient des Rossignols, des Fauvettes à tête noire, des Bruants jaunes, des Bruants proyer. Quelques Chardonnerets et Linottes firent un passage aérien rapide. Dans les arbres des Pinsons faisaient entendre leurs strophes sonores. Un couple de Busards cendrés procéda devant nous à un passage de proie acrobatique.

JPEG - 336 ko

Nous revîmes d’ailleurs plusieurs fois le mâle au cours de la journée, ainsi que celui d’un Busard des roseaux, sans parler de plusieurs Milans noirs.

Bien en évidence au sommet des aubépines ce sont des Pies grièches écorcheurs qui se sont signalées. Tout autant en évidence, mais sur des grandes herbes dans la prairie, c’est le Tarier pâtre qui a fait admirer ses couleurs éclatantes. Plus loin encore, dans les roseaux a retenti le chant puissant et grinçant de la Rousserole turdoïde ; certains l’ont même aperçue.

Par deux fois l’Oedicnème s’est signalé par son chant mais nous n’avons pu le distinguer dans la prairie car l’herbe était déjà haute. C’est là aussi que se sont signalés les premiers Guêpiers, d’abord par leurs cris lointains puis par leur présence de plus en plus proche et nous avons été fascinés par leurs couleurs chatoyantes. Une Fauvette grisette a joué à cache cache dans un buisson . Des Hérons cendrés et pourprés, un Chevalier aboyeur, des Corneilles, des Colverts, des Pigeons ramiers, un Faucon crécerelle, des Grands cormorans et des Aigrettes garzettes ont aussi parcouru l’espace aérien.

JPEG - 220.9 ko

Un Grèbe castagneux nous a signalé sa présence par son « hennissement » caractéristique.

A midi, casse croûte au pied de la digue et à l’ombre des arbres, à la grande joie des moustiques qui prirent leur repas en notre compagnie…

L’après-midi fut moins riche en densité d’oiseaux parce que ce n’est pas le meilleur moment de la journée pour l’observation mais aussi parce que nous avons traversé des terres cultivées assez désertiques en espèces. Cet espace agricole nous a permis de voir quelques Corneilles, un Faucon crécerelle , une Bergeronnette printanière… La chaleur implacable laissa quelques traces, le soir, sur les mollets ou le cou de ceux (ou celles) des 14 participants qui avaient négligé de se protéger.

Enfin nous arrivâmes au bord du Doubs , dans lequel nous avions fondé beaucoup d’espoirs. Les Guêpiers étaient là et ils tournoyaient près des terriers creusés dans la rive et, cette fois nous les avons vus de près !

JPEG - 15.4 ko

Sur les ilôts de gravier il y avait des Chevaliers aboyeurs et guignettes, des Bergeronnettes printanières et des Bergeronnettes grises, des Aigrettes garzettes. Un beau mâle de Loriot, dans sa belle tenue jaune, a traversé la rivière. Une seule Hirondelle de rivage est passée devant nous alors que nous en espérions tout une colonie ; elles avaient sans doute déménagé !

Les botanistes qui nous accompagnaient ont pu noter l’abondance des Orchis militaires, des Muscaris à toupet, des Bugles de Genève un peu plus loin . La flore était cependant assez banale.

Régis a pu nous faire admirer quelques libellules, mais il nous en parlera sans doute dans un autre article.

JPEG - 56.6 ko

En conclusion nous avons été surpris par la richesse en oiseaux, surtout le matin où nous ne savions plus où donner des jumelles. L’après-midi fut surtout animé par les Guêpiers .

Nous remercions Marjorie, Laurent et Régis pour leurs photos. Et rendez vous au 7 juin, à 7 h pour une virée dans les prairies sèches de Chazey sur Ain …

JPEG - 148.3 ko
JPEG - 149 ko
JPEG - 119.7 ko

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 41595

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ORNITHOLOGIE  Suivre la vie du site Compte rendus de sorties  Suivre la vie du site Comptes rendus de sorties 2008   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License