Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/ainnatur/public_html/ecrire/public/composer.php(49) : eval()'d code on line 1087
Un parfum suave dans les gorges de l'Ain - [Société des Naturalistes et Archéologues de l'Ain]
Société des Naturalistes et Archéologues de l’Ain

Un parfum suave dans les gorges de l’Ain

le Daphné camélée
Publié le mardi 6 mai 2008 par Régis KRIEG-JACQUIER
JPEG - 81 ko

En balade dans les gorges de l’Ain dimanche 4 mai, Françoise, Aurélien, Yves, Loïc et moi-même avons pu observer la belle floraison du Daphné camélée à Corveissiat.

Daphne cneorum L., 1753, le daphné camélée ou camélée des Alpes est un arbrisseau à feuilles persistantes de la famille des Thyméléacées. C’est un orophyte à distribution européene que l’on rencontrera en particulier sur les pelouses et rocailles calcaires jusqu’à 2150 m d’altitude. Il fleurit au milieu du printemps, fin avril début mai pour le site de Corveissiat Le nom générique, Daphne, est celui d’une nymphe qui fut aimée d’Apollon et changée en laurier. Quant à cneorum, il vient aussi du grec kneôron, laurier.

Voici sa description issue de Tela-Botanica :

Daphne cneorum L., 1753

JPEG - 102.5 ko

Sous-arbrisseau de 10-50 cm., à tiges grêles, étalées-diffuses, d’un brun rougeâtre ; rameaux pubescents et densément feuillés au sommet ; feuilles glabres, coriaces, persistantes, petites (1-2 cm. sur 3-5 mm.), oblongues ou linéaires-spatulées, sessiles, uninervées ; fleurs rouges ou roses, très odorantes, subsessiles, 6-12 en têtes terminales entourées de longues bractées foliacées ; périanthe pubescent-grisâtre, à lobes ovales ou lancéolés 2-3 fois plus courts que le tube ; baie tardivement nue, ovoïde, jaunâtre-orangée.

Lieux secs et pierreux, dans l’Est, le Midi et le Sud-Ouest, de la Lorraine à la Charente-Maritime. Il est présent dans 29 départements français et il est protégé en région Rhône-Alpes. Dans l’Ain, il n’existe plus que deux stations connues, celle de Corveissiat et une autre près de Nantua.

JPEG - 224.8 ko

Le site de Corveissiat est fragile et souffre d’un fort embroussaillment. Cette plante était pourtant réputée assez commune dans la vallée de l’Ain jusque dans les années 1950.

JPEG - 44.1 ko
Cliché Yves DUBOIS

Gageons que nous aurons coeur à retrouver d’autres stations de cette belle fleur, et de protéger les rares stations existantes. Sur ce site précieux, nous avons eu la chance d’observer les premiers ascalaphes de l’année (ci-contre à gauche)… Une bien belle rencontre.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 41704

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site BOTANIQUE  Suivre la vie du site Comptes rendus de sortie  Suivre la vie du site Compte rendus de sorties 2008   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License