Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/ainnatur/public_html/ecrire/public/composer.php(49) : eval()'d code on line 1087
Réunion 9 janvier 2017 - [Société des Naturalistes et Archéologues de l'Ain]
Société des Naturalistes et Archéologues de l’Ain

Réunion 9 janvier 2017

Publié le mercredi 11 janvier 2017 par Claudette TABARY

Après notre traditionnelle soirée des vœux, où toutes les sections de la SNAA se retrouvent pour partager galettes des rois et chocolats (ci dessous quelques photos de David Drencourt), nous nous sommes retrouvés entre mycologues, 3 jours seulement après, pour notre première réunion des « Lundis du Champignon ».

Le diaporama est une rétrospective des séances de l’Ecole du Champignon de 2016 et de quelques unes de nos expositions dont la plus importante était celle de début octobre.

Après l’exposé des conditions pluviométriques de l’année 2016, nous avons pu constater combien notre département a pu souffrir d’un manque d’eau, et expliquer nos cueillettes misérables, du moins jusqu’à la troisième semaine d’octobre. D’ailleurs, un arrêté préfectoral nous interdisait certains chemins pour cause de sécheresse, aggravée par l’état des buis malades. Dans l’Ain, décembre a été le plus sec depuis 1923 !

Le défilement des photos de champignons que nous avons déterminés durant cette saison, même si ce n’est pas aussi intéressant que des photos prises sur le terrain, a au moins le mérite de nous faire réviser. C’est l’occasion pour chacun de rajouter des commentaires, des anecdotes ou de nous faire profiter de ses expériences.

C’est ainsi qu’Alain nous a confié que finalement le Laetiporus sulphureus, (« Poulet des bois » pour les américains) n’était pas aussi bon que cela.

En plus de la faute de frappe pour Tapinella atrotomentosa (vous corrigerez vous même sur le diaporama…), il a beaucoup été question du changement de famille de ce champignon que l’on ne retrouve plus dans les Paxilles mais dans les Tapinellacées, toutes deux dans les Boletales quand même. Arlette nous apprend que Régis Krieg Jacquier compte nous expliquer ces nouvelles classifications liées à la biologie moléculaire.

Comme nous avons eu quelques difficultés à déterminer certaines Lépiotes, surtout celles de taille moyenne, il serait souhaitable d’étudier plus à fond cette famille ; ce pourrait être lors d’un Lundi du Champignon par exemple.

A propos de la Pézize orangée, il parait qu’elle est bonne, mais avec du kirsch ! Et toujours dans la même veine, certains se sont amusés à faire infuser des Clitocybe odora, à l’odeur et gout fortement anisés, pour en faire un genre de Pastis. A consommer avec modération ………

Pour rester dans le domaine de l’alimentation, Hydnum imbricatum, qui a des aiguillons difficilement détachables, est un bon condiment, conservé dans le vinaigre. Et Stropharia aeruginosa, une fois la pellicule visqueuse enlevée, est utilisée en soupe chez nos amis Suisses, entre autres.

Toutes les remarques sur le Cortinarius orellanus (origine du nom, intoxication), de même que l’utilisation de Tapinella atrotomentosa ou Phaeolus Schweinitzii comme teintures, sont à retrouver dans l’article du 27 juin 2012 qui traitait de « La teinture par les champignons ».

A propos des Limacelles, où j’ai souvent constaté que les lamelles étaient obliques, comme couchées, Alain nous fait remarquer qu’il en est de même pour les Plutées. Mais, grosse différence bien sûr, la sporée rose des Plutées alors que les Limacelles ont une sporée blanche.

Contestations pour la définition de la couleur de Mycena rosea : rose à rose vineux (pourtant prise sur l’Eyssartier) qui semble exagérée…..disons qu’il s’agit d’un rosé de Provence !

Pour les commentaires sur le Meunier, je vous renvoie à mon polycop de la séance du 27 juin 2016, intitulé : « Clitopilus prunulus et les champignons lui ressemblant », encore disponible au local de la SNAA. Mais Gaëtan signale que j’ai oublié de mentionner une variété très proche de ce clitopilus, Clitopilus cystidiatus , à chair plus élastique donc moins fragile, lames moins roses, saveur et odeur faible de farine (voir la fiche sur MycoDB) .

Je ne peux pas détailler ici toutes les descriptions, qui sont du reste les mêmes que sur vos livres de détermination, à part quelques remarques personnelles. Mais chaque adhérent à la possibilité de venir télécharger avec une clé USB, le diaporama de ces photos (92 diapos pour 88,6 Mo), enregistré sur les 2 ordinateurs de la Société, le fixe et le portable, au local, pendant la permanence du mardi.

Nous avons ensuite observé les quelques champignons amenés par David :

JPEG - 161.1 ko
Tubaria hiemalis
Petit : 0,5 à 3,5cm,brun ochracé avec flocons de voile crème au bord.
JPEG - 143.3 ko
Tubaria hiemalis 2
Le même. Pied feutré de blanc à la base. Chair roussâtre.Sur sols riche en débris.
JPEG - 147.1 ko
Tubaria hiemalis 3
Les mêmes quelques jours plus tard… Sans intérêt

Cette Tubaria ressemble beaucoup à Tubaria furfuracea qui, elle, pousse en été et automne.

JPEG - 139 ko
Auricularia auricula-judae
Oreille de Judas, gélatineux, brun rouge,grosses rides à la face inférieure. Sur bois de feuillus.Comestible.
JPEG - 166.6 ko
Daedaleopsis confragosa
Tramète rougissante. Pores assez gros, de forme variable, se tachant de rose ou brun rouge au toucher. Sans intérêt.
JPEG - 153.6 ko
Flammulina velutipes
Collybie à pied velouté.Pied velouté, de jaune devenant roussâtre à la base puis brun.En touffes, même en hiver. Comestible.

Le prochain Lundi du Champignon sera consacré à la Mycotoxicologie, vaste sujet que nous traitera peut-être en deux fois Gaëtan Autuoro.

Texte : TABARY Claudette

Photos : DRENCOURT David et TABARY Claudette


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 50222

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site MYCOLOGIE  Suivre la vie du site Réunions mensuelles   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License